FacebookTwitter

Le réalisme nous est accessible si notre âme est saine, ou si nous sommes solides et ouverts…

« Notre vie est riche en fruits du bonheur, car nous portons notre attention sur le beau et le bon. »

Ce sans niaiserie, ni fanatisme, bien entendu (ce qui signifie que nous voyons ce qui est moins beau ou moins bon)…

L’optimisme aveugle répond à un besoin égotique. Le positivisme absolu est maladif. J’ai pu l’observer sous forme de psychose obsessionnelle à tendance dépressive. Il peut prendre plusieurs formes : il peut s’agir d’un besoin d’être perçu(e) comme parfait (ou parfaite), exigence souvent rencontrée chez les être narcissiques. Son autre forme habituelle est l’exigence de la perfection de l’autre dans la réponse à nos attentes, ou au fait que l’autre doit correspondre à notre idéal. L’incapacité à voir, accepter et surmonter la réalité est une faiblesse. C’est une maladie qui ronge l’âme et détruit ceux qui ne s’y confrontent pas pour aller vers un meilleur état de conscience. Ils finissent par s’écarter durablement de la réalité : la leur, celle des autres, et plus globalement, celle de la condition d’être humain et donc diversifié, et perfectible.

Le réalisme nous est accessible si notre âme est saine, ou si nous sommes solides et ouverts, capables d’aimer et d’être bons sans naïveté, sans faux semblant, sans manipulation, et sans regret ni remord. Cela signifie que nous pouvons également être directs voire irrités. C’est, sans doute, le sens à retenir de cette fameuse citation de BEAUMARCHAIS : « Sans liberté de blâmer, il n’est pas d’éloge flatteur. »

Nous y travaillons, quotidiennement, en sachant que notre éveil et notre amour n’ont de profondeur que s’ils s’expriment dans la liberté. La liberté de penser, de ressentir et d’agir. La liberté de s’engager ou de s’écarter, la liberté de pardonner, la liberté de vivre l’instant et notre vraie nature.

Nous portons notre attention sur le beau, aussi et surtout nous savons que beaucoup de choses sont belles et contribuent positivement à la vie. La profondeur dans notre regard sait que nous pouvons accepter certaines maladresses, que la beauté et l’amour survivent aussi à la laideur et à la haine. La plus grande faiblesse des âmes, c’est de manquer de recul sur la vie.

Bien sûr, il est préférable de porter un regard bienfaisant et bienveillant sur le monde et les autres, et de porter notre attention sur le beau et sur le bon. Nous savons que ça peut devenir un prétexte à devenir manipulables, vulnérables ou à masquer une réalité derrière des apparences. Nous savons également que cela ouvre la porte aux manipulateurs qui exploitent la naïveté, ou, par leurs compliments et attitudes de bourgeois gentilhommes, notre soif de satisfaction égotique.

Nous prenons soin de nous ouvrir continuellement au jour, même si nous traversons aussi la nuit.
Nous prenons soin d’être attentifs aux bienfaits de la nuit.

Saurions-nous qu’il y a les étoiles, s’il n’y avait pas la nuit ? 🙂
Aurions nous besoin de puits, s’il n’y avait de désert ? 🙂

À toutes les roses, à tous les renards et à tous les Petits Princes…

Bons jours
Bonnes nuits

Maj Majest,
Comment je vois le monde

couple-sur-la-plage-pieds-sans-leau-main-dans-la-main-ombres-reflets-mer-calme-plage-noir-et-blanc

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer