Pour recevoir les nouveautés jour après jour…

Pour soutenir mon œuvre…

Pour bénéficier d’un accompagnement personnalisé…

(…) Donnons nous aujourd’hui notre regard de ce jour, et pardonnons-nous ses imperfections (…)

Comment je vois le monde

Amin MAALOUF disait, dans un propos sur le chemin vers un mieux-être :

« C’est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances, et c’est notre regard aussi qui peut les libérer. »

Ce propos s’applique aussi bien au regard que nous portons sur les autres qu’à celui que nous portons sur nous-même.

Nous pouvons tout à la fois et simultanément atténuer notre relation de dépendance au regard des autres, et bonifier et améliorer notre propre regard.
En faisant et améliorant l’un, nous faisons et améliorons l’autre, et vice-versa.
C’est une des vertus d’un chemin de sagesse : il libère, et tout converge vers notre mieux être et celui des autres, tout au moins de ceux qui cheminent vers le bonheur.

Nous nous libérons par le regard que nous portons sur nous-même, et par la conscience même de ce regard et de son impact sur nous-même.
Nous prenons conscience de ce que notre regard reçoit du regard de l’autre.
Nous modifions alors notre regard sur nous-même, et même notre regard sur l’autre.
Ce faisant, et c’est une des vertus d’un chemin de sagesse, nous aidons également l’autre à se libérer, grâce à notre regard nouveau et aux attitudes qui en découlent chez nous.

Nous sommes tous interdépendants, interconnectés, tout en étant, chacun d’entre nous, capables de prendre conscience de notre soi unique et capable de vivre isolé de cette masse entrelacée.

Nous avons tous le choix d’être victimes et prisonniers d’un regard négatif ou de cultiver du positif en nous-mêmes et l’apporter et le faire rayonner autour de nous.

Nous avons tous le choix de projeter sur nous-mêmes ou sur d’autres des représentations ou de nous en libérer en prenant conscience de leur existence et leur impact sur ce que nous « croyons voir » pour développer un nouveau regard, et ce faisant, un nouveau nous-même.

Nous nous améliorons et nous libérons nous-mêmes.
Nous laissons aux autres le soin de faire de même, s’ils le souhaitent.

En attendant l’avènement du monde parfait,

Donnons nous aujourd’hui notre regard de ce jour, et pardonnons-nous nos imperfections…

Celles qui subistent encore dans le regard, celles que le regard voit, croit voir ou cherche à voir, et ainsi de suite. »

Maj Majest

Comment je vois le monde

2 Commentaires

  1. Ragarder avec les yeux du cœur.

    Réponse
    • En quelque sorte, chère Françoise.
      Belles lectures,
      Maj

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires

  1. Ragarder avec les yeux du cœur.

    Réponse
    • En quelque sorte, chère Françoise.
      Belles lectures,
      Maj

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer