FacebookTwitter

« Une analogie n’a jamais seulement une utilité didactique : elle argumente, et ce sont avant tout ses effets argumentatifs, voulus ou involontaires, conscients ou inconscients, qu’il faut déchiffrer et évaluer. Davantage, l’intention argumentative peut fabriquer l’analogie à partir de presque rien – et comment s’en débarrasse-t-on après ? Le débat public est saturé d’analogies dysfonctionnelles, malhonnêtes, ou simplement excessives, dont on n’arrive plus à se défaire une fois qu’elles ont été semées. »

Frédérique LEICHTER-FLACK,
Qui vivra qui mourra

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer