FacebookTwitter

« Qu’est ce que la solitude, sinon l’illusion d’être seul(e) dans l’univers ? »

Maj Majest,
Les voix de la guérison

« La solitude (du latin solus signifiant « seul ») est l’état, ponctuel ou durable, d’un individu seul qui n’est engagé dans aucun rapport avec autrui. La solitude n’a pas le même sens selon qu’elle est choisie ou subie. Ainsi, l’état d’isolement ou d’éloignement vis-à-vis d’autrui peut avoir des effets bénéfiques sur l’individu, mais aussi néfastes. La solitude a également été décrite comme une souffrance sociale — un mécanisme psychologique alertant un individu d’un isolement non désiré et le motivant à chercher une connexion sociale. Cependant, un individu peut choisir intentionnellement la solitude dans le but de s’isoler de son entourage, notamment. »

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Solitude

Prenons conscience que la perception que nous avons de la chose associée à ce mot « solitude » peut changer.
Cette perception peut être à la source de ce que nous faisons de cette solitude : les émotions qui vont naître en nous, nos pensées, et donc les états d’âme associés.
Les poètes manient les mots et les pensées avec (plus ou moins de) talent, et peuvent influencer notre rapport aux mots et aux choses, parfois de manière consciente et volontaire.

Nous pouvons choisir de comprendre que nous avons la capacité de développer des émotions et des pensées bienfaisantes en toutes circonstances, dont celle qui nous amène à être seuls.

Prenons conscience que nous sommes toujours, matériellement et spirituellement, un parmi d’autres.

L’univers est composé de particules et d’êtres qui, même s’ils nous sont invisibles, inodores, impalpables ou inaudibles, sont là et bien là.

Nous pouvons prendre conscience que, même si nous ne les voyons pas sous l’effet de l’embrasement de notre champ visuel par la lumière du Soleil, les étoiles sont toujours présentes, tout près de nous.

Il en va de même de la lune, et du Soleil, même potentiellement masquée par les nuages, ou juste de l’autre côté de la petite planète bleue sur le versant de laquelle nous sommes posés.

Il en va de même des êtres, vivants matériellement ou qui habitent notre pensée, notre mémoire et notre cœur.

Nous disposons, de nous jours, de capacités à aller vers les autres par les pensées, les paroles ou l’image, et en nous déplaçant comme jamais auparavant !

La notion de distance est bien relative et il y a toujours un puits, même dans un désert.

Nous pouvons peindre, habiter et habiller l’état d’être seul de bien des manières.
Et nous pouvons choisir de changer cet état.

À nos pinceaux.

Maj Majest,
Les mots sans la douleur

phare-barriere-rayons-dans-la-nuit

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer