FacebookTwitter

Pour éviter l’ardeur d’un plus grand jour d’été,
Climène sur un lit dormait à demi nue,
Dans un état si beau qu’elle eût même tenté
L’humeur la plus pudique et la plus retenue.

Sa jupe permettait de voir en liberté
Ce petit lieu charmant qu’elle cache à la vue,
Le centre de l’amour et de la volupté,
La cause du beau feu qui m’enflamme et me tue.

Mille objets ravissants, en cette occasion,
Bannissant mon respect et ma discrétion,
Me firent embrasser cette belle dormeuse.

Alors elle s’éveille à cet effort charmant,
Et s’écrie aussitôt : Ah ! que je suis heureuse !
Les biens, comme l’on dit, me viennent en dormant. »

Jean-Baptiste DE GRÉCOURT,
Poésies choisies, 1735

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer