FacebookTwitter

« Malgré ses trente ans, Bertha Young avait des moments où elle éprouvait l’envie de courir plutôt que de marcher, d’esquisser des pas de danse en montant et en descendant du trottoir, de jouer au cerceau, de lancer quelque chose en l’air pour le reprendre au vol, de rester là à rire de rien, d’absolument rien. Comment faire si vous avez trente ans et que, en tournant le coin de votre rue, vous vous sentez pris tout à coup d’un sentiment de bonheur – un bonheur absolu – comme si vous aviez avalé un fragment lumineux du soleil de cette fin d’après-midi, qu’il vous brûlait jusqu’au tréfonds de votre être, et mitraillait d’une grêle de rayons chaque parcelle de vous-même, chaque doigt de la main et du pied  ? »

Katherine MANSFIELD

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer