FacebookTwitter

Nos cœurs entremêlés, nous sommes immortels

 

Le printemps est inexorable. L’amour est inéluctable.

 

Tout commence et tout finit dans un rêve.

 

Dans nos traits, en courbes suaves exquises l’amour se faufile encore.

 

La vie, l’amour, la mort… Te voilà, ici bas, cher Victor

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer