FacebookTwitter

Aimer et être aimé, c’est quoi ?

couple-baiser-contre-jour-passerelle-bois

Nous trouvons mille et une définitions et visions de l’amour. Sisi, et toutes différentes !

Je crois donc qu’il est utile et urgent de rappeler qu’aimer comporte le « accepter » .
Accepter, c’est accepter que l’autre puisse avoir une autre vision de l’Amour…

Soyons conscients que nous sommes emplis de conditionnements et d’idées préconçues.

Cela commence avec la beauté physique, et se prolonge par des idéaux d’amour.

Ces conditionnements peuvent nous empêcher d’être réceptifs à une personne avec qui nous pourrions partager de très belles choses et même notre vie toute entière. Ces conditionnements peuvent nous rendre manipulables. Enfin, ils peuvent nous amener à croire vivre l’amour avec des personnes qui ne sont pas les bonnes mais répondent à un idéal projeté. Personne n’est à l’abri d’une erreur, mais le fait d’être conscient et clairvoyant peut nous éviter plus d’une désillusion.

L’amour se développe en nous si nous décidons de nous laisser aller à aimer. L’amour est inconditionnel et universel, il se fond parfois avec la compassion, la tendresse, et bien d’autres aspects positifs de notre humanité. Certains appellent équanimité notre grande capacité à développer cet amour pour tous les êtres sans distinction. C’est l’exercice quotidien de cet amour qui nous permet de prendre réellement la mesure de l’amour et d’être prêts à aimer. Parmi toutes les personnes que nous nous autorisons à aimer dans ce cadre, il y a nous-même.

Dans cet amour, nous construisons notre capacité à aimer sans attendre de retour. Nous savons nous prémunir de former des attentes ou des espoirs idéalisés de le recevoir. Aimer, et c’est se prémunir de la dépendance affective ou d’autres faiblesses. C’est tout le contraire de « l’amour égotique » : le fameux « je t’aime » qui porte une question en lui, le fameux « je t’aime » synonyme de « aime-moi », le fameux « je t’aime » qui recherche en réalité la satisfaction de besoins de l’Ego. Cet « amour égotique » est celui qui s’associe, dans la même phrase avec « le mérite » et bien d’autres vanités qui sont habituellement associées à l’Ego : « il ne te mérite pas ». L’Amour dont nous parlons ici n’a pas rien à voir non plus avec « l’amour narcissique » : « je m’aime, aime moi. »

« Souvenez-vous que la meilleure des relations est celle dans laquelle l’amour que chacun porte a l’autre dépasse le besoin que vous avez de l’autre. »

Nous nous rapprochons du bonheur lorsque nous comprenons que la source de tout est en nous. Nous sommes heureux lorsque nous parvenons à aimer sans nous préoccuper d’être aimé. Nous apprécions, bien sûr, l’attention, l’affection et la tendresse quand nous les recevons des autres. Nous sommes sensibles à l’amour sous toutes ses formes. Nous le vivons bien, et beaucoup plus clairement qu’avant de nous être libéré de l’Ego et de jugements de cet Amour qui sont bien loins d’un univers d’Amour.

Reste alors une question, importante. Si on développe l’équanimité, l’amour universel et inconditionnel, comment allons-nous reconnaître et choisir LA personne avec laquelle nous allons fonder un couple et nous engager pour bâtir cette merveille d’amour qu’est l’union sacrée de deux êtres ?

En réalité, tout ce qui précède nous aide à nous sentir bien et à ne plus être en déficit ou dans le besoin. Nous sommes plus ouvert à tous puisque nous avons appris à aimer bien des personnes. Nous sommes plus éveillé et plus à même d’écouter les signes d’amour en nous et chez l’autre, sans idéaliser ni amplifier le moindre signal supposé.

La personne qui peut devenir notre compagnon apparaît alors sans que nous ayons besoin de la chercher. Elle est là alors que nous continuons à côtoyer les gens en général (filles et garçons) sans penser à vivre une relation amoureuse. Si cette personne ne survient pas, ou si la vie nous empêche ou interdit de vivre une histoire d’amour avec une personne que nous rencontrons, ou si une personne ne nous aime pas ou se refuse à nous, nous ne sommes pas malheureux pour autant et nous n’en souffrons pas. Nous n’arrêtons pas de l’aimer et ne nous interdisons pas d’aimer (quelle horrible façon de vivre cela serait !).

Si nous sommes dans de telles dispositions, la relation à l’autre se forme paisiblement, comme nous vivons. L’amitié est une bonne base pour avancer. Le désir s’exprime sans être la source ou la priorité dans la relation. Nous commençons à remarquer des points de vue semblables ou complémentaires sur la vie et la philosophie. Nous pouvons également percevoir ou ressentir si cette personne, comme nous, aime sans attendre de retour de notre part, sans se fâcher si on ne répond pas à son amour, sans s’attacher ou s’agripper. La proximité et la complicité sont la source de notre relation.

Dans cette relation, il n’y a pas d’enjeu ni de précipitation. Il y a de l’attention et de l’écoute. Chacun de nous est toujours honnête sur tout, et notamment sur ses sentiments et émotions, « bons » ou « mauvais ». Chacun se livre sans chercher à se vendre ou se valoriser : l’estime et l’admiration sont des champs de l’Ego, pas de l’Amour.

« L’amour vrai est sans conditions, il se suffit à lui-même, il est tout simplement : quoi que tu fasses, je t’aime. »

Chacun de nous est en capacité de vivre dans la confiance et la sincérité et nous partageons ce sentiment de confiance et d’acceptation de l’autre qui est la fondation à une relation exceptionnelle et tellement bénéfique à chacun. Nous sommes un tout en étant chacun nous-même et libre d’être et de vivre pleinement.

« Aimer, c’est laisser l’autre être ce qu’il est. »

Et quoiqu’il arrive, ouvrir les portes sans défoncer les portes ouvertes est une bonne approche dans le monde du milieu. Nous savons alors nuancer ce propos tout en comprenant son sens et l’enseignement que l’on peut en tirer :

« Non, être aimé ne donne pas le bonheur. Mais aimer, ça c’est le bonheur ! »

Notre « je t’aime » est toujours, sincère, paisible, joyeux, et heureux.

Maj Majest,
Vivre dans l’amour

2 commentaires

  1. Ariane

    18 août 2013

    Post a Reply

    C’est être deux en soi et le savoir, le sentir et le voir.
    C’est un sourire qui nait sur mon visage et jamais ne meurt.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer